Vous êtes ici : Accueil > Et la confiance en soi, t’y crois ? > Quelle est la part du manque (ou de l’excès) de confiance en soi dans l’échec (...)
Par : Tanguy2
Publié : 7 février 2010

Quelle est la part du manque (ou de l’excès) de confiance en soi dans l’échec ?

Beaucoup d’élèves n’ont pas confiance en eux dans le travail scolaire. Cela peut être un atout, si l’élève est prêt à douter "sereinement".

On parle souvent de statut de l’erreur, on rappelle que les plus grands savants ont du se tromper pour avancer...Mais eux avaient la motivation, et la faculté d’analyser leurs erreurs...

L’école tente d’y remédier en apportant des acquisitions et des repères. Pourtant, on constate que même acquises les connaissances sont très faiblement transférées.

Ne pas avoir confiance en soi en orthographe, grammaire,conjugaison... a d’autres conséquences que des "erreurs" ponctuelles : l’élève en question vit alors ses heures d’école dans une sorte de confusion, où l’aléatoire est une des solutions à ce qui lui est demandé, voire la principale pour les plus perdus.

Produire -artistiquement, littérairement, mentalement...- est essentiel pour quelqu’un qui doute de lui-même, à condition que sa "création" soit reconnue comme telle. Et si l’on parle de confiance en soi on touche forcément à l’image de soi.

Jusqu’à quel point peut-on modifier les résultats scolaires d’un élève en l’incitant à produire ? Qu’en pensez-vous ?