Vous êtes ici : Accueil > On échange ? > Place de l’écrit dans les programmes 2016
Par : Tanguy
Publié : 23 avril 2016

Place de l’écrit dans les programmes 2016

Extraits :
Français cycle 2 [...]Les activités de lecture et d’écriture sont quotidiennes et les relations entre elles permanentes. [...] Deux éléments sont particulièrement importants pour permettre aux élèves de progresser : la répétition, la régularité, voire la ritualisation d’activités langagières d’une part, la clarification des objets d’apprentissage et des enjeux cognitifs des tâches afin qu’ils se représentent ce qui est attendu d’eux d’autre part.

Écriture (cycle 2)[...]Les élèves développent une attitude de vigilance orthographique, soutenus par le professeur qui répond à leurs demandes d’aide.

Français cycle 3[...]Le champ du français articule donc des activités de lecture, d’écriture et d’oral, régulières et quantitativement importantes, complétées par des activités plus spécifiques dédiées à l’étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique) qui permettent d’en comprendre le fonctionnement et d’en acquérir les règles.

Écriture (cyle 3) [...] L’accent est mis sur la pratique régulière et quotidienne de l’écriture, seul ou à plusieurs, sur des supports variés et avec des objectifs divers [...]Au cycle 3, les élèves affirment leur posture d’auteur et sont amenés à réfléchir sur leur intention et sur les différentes stratégies d’écriture. [...]Chaque élève peut ainsi devenir progressivement un acteur conscient et autonome de ses productions.
Enfin, dans les activités de production d’écrits, les élèves apprennent à exercer une vigilance orthographique et à utiliser des outils d’écriture. [...]

Les programmes 2016 insistent sur le sens donné aux apprentissages, avec une part prépondérante donnée aux activités orales et écrites, et à partir de celles-ci un inventaire et une structuration des connaissances. Ce site propose une organisation de classe éprouvée et régulièrement améliorée depuis dix ans , sur ce principe de base. Il détaille la place du maître dans la différenciation des productions d’écrits, celle de l’élève qui apprend à se regarder travailler et à identifier ses "forces" et ses "faiblesses" (métacognition), et les situations d’écrits quotidiennes organisées autour d’une progression dans l’étude de la langue.